lundi 21 février 2011

Entre deux.

Vendredi dernier, il y avait le soleil partout, l'odeur de la neige qui fondait, je marchais dans la rue et je vous jure, vous m'auriez trouvé belle. Belle parce que je le ressentais partout dans mon corps et dans ma petite tête. Je savais que le temps froid reviendrait , que je serais obligée de remettre mes grosses bottes, de me mettre du lipstick, que mon mascara glacerait encore mes cils, mais whatever j'étais bien. Fucking bien.

Et hier, pouf, après l'emploi 2, après tous les clients qui criaient et insultaient du regard chaque parcelle de l'espace, j'ai ressenti le vide qui me faisait si peur.

Le vide de la solitude. Le vide qui aspire toutes nos envies. Le froid qui gèle le cœur, mais qui fait couler les larmes.

Et depuis hier, je ne fais que marcher comme un robot, je passe du lit au divan, je sers les dents du plus fort que je peux quand je marche ; je respire à peine.

Et entre deux gorgées d'air qui gèle poumons, vous pourriez lire sur mes lèvres : Osti d'hiver de caliss.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire